Une politique pour l’emploi, pas pour la finance !

Le Front de Gauche 93 organise deux tables rondes pour échanger, proposer et construire ensemble :

En Seine-Saint-Denis, l’emploi est sacrifié. Si on ne s’y oppose pas, 15 000 emplois seront supprimés, au travers des plans de licenciements et de fermetures d’usines annoncés (PSA, AIR FRANCE, SANOFI, PRESSTALIS, ROTOS 93…). Ces choix destructeurs dictés par les marchés financiers et le MEDEF s’accompagnent de politiques d’austérité et de remises en cause des services publics. Nous nous opposons à ces logiques.
Au côté de syndicalistes, de militant-e-s associatifs et de citoyen-ne-s engagée-s, nous avons l’ambition, à travers cette initiative, de montrer, qu’ensemble, d’autres choix sont possibles. Pour nous, l’action politique doit être efficace : Interdiction des licenciements et lutte contre le chômage, meilleur partage des richesses et augmentation des salaires, redressement industriel et développement des services publics, conquête de nouveaux droits sociaux…
Voilà quelques axes d’un vrai changement. Débattons et agissons ensemble :

Samedi 1er décembre
De 9h à 13h
Bourse départementale du travail
1 place de la Libération – Bobigny
Parking du centre Ccial Bobigny 2
et tramway T1 – Station Libération

Redressement industriel ou marché financier, l’heure des choix (9h-11h) :

Le débat public est engagé sur le prétendu besoin d’un choc de compétitivité en France, avec en son cœur la baisse du coût du travail, sa conséquence sur l’ampleur des plans de licenciements et l’application de politiques d’austérité menant à la réduction des services publics. Quelles alternatives envisager pour le développement économique et territorial ?
Avec la participation de :
Yves DIMICOLI, économiste, membre du CN du PCF
Vincent GAY, Gauche Anticapitaliste
Jean-Pierre DUBOIS, président d’honneur de La Ligue des Droits de l’Homme
Stephanie TREILLET, de la fondation Copernic, corédactrice de l’anti-rapport Gallois
Un syndicaliste d’Air France, UGICT-CGT

Proposer et agir ensemble pour l’emploi (11h-12h30) :

Politique, association, syndicats, de quels espaces communs de débat et d’action avons-nous besoin pour empêcher les licenciements ? Quelles initiatives convergentes pouvons-nous imaginer ensemble ?
Avec la participation de :
Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF
Claude DEBONS, membre de la Gauche Unitaire, ancien syndicaliste
Bénédicte GOUSSAULT, sociologue de l’Université Paris-Est Créteil, FASE et OMOS
Bernard DEVERT, syndicaliste FTM-CGT, membre du conseil national de l’industrie
Emilie PIOUFFRE, secrétaire adjointe de « l’Appel des appels »

12h30 : Lancement de l’appel pour l’emploi en Seine-Saint-Denis

Pour tout renseignement complémentaire et pour vous inscrire :
Téléphone : 01 48 39 93 03 / Mail : initiative.fdg93@laposte.net

SOIRÉE DE SOUTIEN POUR L’ADMISSION DE LA PALESTINE A L’ONU

PALESTINE – SOLIDARITÉ
Mercredi 28 novembre 2012
Bourse du Travail de Saint-Denis
9 -11 rue Génin
Métro Saint-Denis Porte de Paris (ligne 13)

Lors de sa 67ème session, l’Assemblée générale des Nations Unies à New-York sera saisie le 29 novembre prochain d’un projet de résolution demandant que la Palestine obtienne le statut d’État observateur au sein des Nations-Unies. Cette résolution réaffirmera le droit légitime du peuple palestinien à l’autodétermination et à un État indépendant dans les frontières d’avant 1967.

Il est de la première importance que cette résolution soit adoptée.

Nous appelons la France et ses partenaires européens à voter pour. Les pressions, les chantages, les menaces des États-Unis et d’Israël doivent être clairement et fermement repoussées.

65 ans après l’adoption du Plan de partage de la Palestine par l’Assemblée générale des Nations-Unies, le 29 novembre 1947, l’admission de la Palestine comme État observateur à l’ONU serait une première victoire, un premier pas vers l’édification d’un État palestinien souverain, internationalement reconnu.

D’autres avancées seront indispensables. Il faudra en finir avec l’occupation militaire et la colonisation israélienne, y compris à Jérusalem-Est, future capitale de l’État de Palestine. Le principe du droit au retour pour les réfugiés devra être respecté et les prisonniers libérés. Le blocus de Gaza doit être levé.

La justice et le droit pour le peuple palestinien, c’est le combat de toutes celles et ceux qui veulent agir afin qu’une paix véritable, fondée sur l’application des résolutions de l’ONU, puisse enfin l’emporter au bénéfice de tous les peuples de la région.

Le peuple palestinien a des droits! La Palestine doit vivre! Solidarité!

A l’occasion du vote de l’Assemblée générale de l’ONU et de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre, plusieurs organisations solidaires du peuple palestinien vous invitent à la Bourse du Travail de Saint-Denis, mercredi 28 novembre à 18 h 30.

Association France-Palestine Solidarité (AFPS), Confédération Générale du Travail (CGT), Collectif Paix Palestine Israël -Saint Denis (CPPI), Europe Ecologie Les Verts (EELV), Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), Fédération Syndicale Unitaire (FSU), Gauche Anticapitaliste (GA), Ligue des Droits de L’Homme (LDH), Gauche Unitaire (GU), Parti Communiste Français (PCF), Parti de Gauche (PG), Mouvement Jeunes Communistes (MJCF), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), Une Autre Voix Juive (UAVJ),
Témoignages de jeunes de retour de Palestine

Réaction au « pacte de compétitivité »

Communiqué du Front de Gauche

La gauche c’est prendre le parti des salariés et de l’intérêt général, pas celui de la compétitivité et de la réduction du « coût » du travail au profit du capital !

Il y a quelques semaines, le Président Hollande et sa majorité PS poussaient à l’adoption du Traité Merkozy sans en bouger une ligne, ils proposaient un budget 2013, amputé de 30 milliards mais épargnant les revenus du capital.

Aujourd’hui en reprenant le rapport Gallois, ils continuent dans la logique de réduction des dépenses publiques et sociales, largement inspirée par le patronat. Au nom de la soi-disant compétitivité, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault accorde un nouveau cadeau indifférencié aux entreprises de 20 milliards d’impôts qui seront payés par les ménages à travers 10 milliards d’impôt dont 7 milliards de TVA et 10 milliards de dépenses publiques en moins qui s’ajoutent aux restrictions déjà prévues !

Durant la campagne présidentielle, le Front de Gauche pointait l’inaptitude du candidat Hollande à affronter réellement la finance. Malgré tout, nous n’imaginions pas l’ampleur et la rapidité à laquelle le nouveau gouvernement allait céder face aux pressions du MEDEF.

Cette orientation politique est non seulement injuste, mais inefficace. Elle amènera la France comme l’Union Européenne à la récession, pour le seul profit des actionnaires et des spéculateurs. Elle conduira notre peuple au désastre, pénalisera ceux qui ont voulu le changement le 6 mai pour le seul bénéfice des Mme Parisot, du Medef et des 98 plus grands patrons français.

Cette voie là, le Front de Gauche la refuse et en propose une autre ; celle du partage des richesses, d’une fiscalité juste, de la relance des activités socialement et écologiquement utiles. Aujourd’hui la charge des dividendes versés aux actionnaires est le double du montant des cotisations des salariés. C’est cela qu’il faut changer de toute urgence en imposant aux revenus du capital de participer à la même hauteur que les travailleurs à l’effort national.

En France comme dans toute l’Europe, il faut envoyer un signal fort pour refuser toutes les politiques d’austérité. C’est pourquoi le Front de Gauche appelle à se mobiliser le 14 novembre pour la journée européenne contre l’austérité aux côtés des salariés et de leurs syndicats.

%d blogueurs aiment cette page :