PIQUE-NIQUE 4 PDF couleur

Publicités

Assises du 16 juin: « Une étape pour changer de cap »

Pour le Front de gauche, après le succès de la marche du 5 mai, celui des Assises du 16 juin ouvre une perspective et un espoir à gauche.assises

Plus de 2000 participants, 7000 connexions vidéo pour suivre les ateliers et la plénière, 70 intervenants représentants ou personnalités issues de plusieurs dizaines d’organisations. Dimanche à Montreuil, de nombreuses forces sociales et politiques parmi celles qui ont assuré, il y a un an, la victoire sur Nicolas Sarkozy, se sont retrouvées pour affirmer ensemble, l’urgence de changer de cap politique en France et en Europe.assises Alice

L’évènement est d’autant moins à banaliser que quelques heures plus tard, tombaient les résultats du 1er tour de la partielle de Villeneuve sur Lot. C’était un nouveau coup de semonce après Beauvais, venant attester de l’impasse politique et des régressions démocratiques dans lesquelles nous conduisent tout droit, les choix du pouvoir actuel ; dans ce cas, l’Austérité plus l’affaire Cahuzac amenant à un duel UMP/FN au 2ème tour de la législative.

Dès lors, la convergence entre forces du changement autour de propositions permettant de sortir de la crise, et ouvrant la perspective d’une majorité alternative est l’une des questions majeures qui nous est posée. Le Front de Gauche entend y œuvrer avec toutes les forces et les citoyens partageant cet objectif.

La journée du 16 est une étape supplémentaire d’un processus qui doit se poursuivre, partout dans le pays dans l’objectif d’être immédiatement utile aux mobilisations contre la réforme des retraites, le traité transatlantique, l’acte III de la décentralisation…photo assises

Le fascisme tue. Ensemble, combattons-le ! (appel à manifester le 23 juin)

manif antifa clement meric 23 juin paris
tract 23 juin pdf

Accord transatlantique : la France doit opposer son véto pour préserver l’exception culturelle

Confirmé par le Président Obama, un vaste accord de libre-échange USA-UE sera bien négocié cette année. Cet accord fait peser une menace sur les règles de santé publique, écologiques, sociales et culturelles en Europe. Plus largement les services publics, les normes, les marchés publics sont mis en danger par cet accord transatlantique qui permettrait aux sociétés multinationales américaines et européennes d’avoir juridiquement prise sur les États.
marche-transatlantiqueLe Front de gauche s’oppose globalement à cet accord.
La dimension culturelle est particulièrement touchée. La Commission européenne a en effet décidé d’inclure dans son mandat, les services audiovisuels et culturels, décision lourde de menaces pour la pérennité de l’exception culturelle.
Le Front de gauche s’insurge contre ce renoncement de la Commission européenne à soutenir l’exception culturelle et à respecter la Convention de l’UNESCO de 2005 : le secteur culturel ne doit pas être une monnaie d’échange dans le cadre d’un vaste accord de libéralisation et entraîner une remise en cause des politiques culturelles actuelles ou à venir.
OBAMALes Etats-Unis veulent, en effet, profiter de ces nouvelles négociations pour tenter à nouveau d’affaiblir les protections qui existent en faveur de la diversité culturelle. Pour preuve, leur souhait manifesté ces dernières années de rattacher une partie des services audiovisuels au secteur des nouvelles technologies pour mieux les exclure de l’application des règles de la diversité culturelle. L’exception culturelle serait alors réduite aux médias traditionnels et ne vaudrait plus pour la diffusion via Internet. De même, cela rendrait difficile toute contribution nouvelle au financement de la création des grands acteurs de l’Internet américains (Apple, Facebook, Amazon, Google, etc…).
Cette négociation préfigure, par ailleurs, une reprise de la libéralisation à l’OMC au moment où, sous l’impulsion des USA, on apprend que le cycle de Doha sur les services serait relancé après plus d’une décennie d’enlisement.
Le Président de la République, François Hollande, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, la ministre du Commerce, Nicole Bricq, l’Assemblée Nationale, le Parlement européen, près de 6000 cinéastes dans une pétition européenne, se sont prononcés pour l’exclusion des services audiovisuels et culturels de la négociation à venir.transatlantique
Le Conseil des ministres du Commerce doit se prononcer sur le mandat proposé par la Commission le 14 juin 2013 afin que les négociations puissent être officiellement lancées lors du Sommet euro-américain de la mi-juin. La France est à ce jour isolée : suite aux manœuvres de la Commission consistant à fixer des « lignes rouges », c’est-à-dire de pseudo-garanties sur les politiques culturelles, une grande majorité d’Etats semble accepter l’inclusion des services audiovisuels et culturels.
Le Front de gauche s’adresse solennellement au Président de la République : la France ne peut céder sur l’exception culturelle, elle doit faire usage du droit de veto au titre de la protection de la diversité culturelle, en vertu de l’article 207 paragraphe 4 a) du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne. Si elle ne le faisait pas, arguant de la complexité de ce choix, elle marquerait la soumission du politique face aux exigences des puissants et des marchés.
L’heure est donc grave : l’exception culturelle n’est pas négociable, la France doit le dire haut et fort en faisant usage de son droit de véto.
Ce sera pour nous la première étape d’une bataille qui doit permettre que cet accord de libre-échange transatlantique reste lettre morte.
Car au-delà de la question culturelle, le gouvernement français doit clairement s’engager à refuser toute disposition qui renforcerait le pouvoir des multinationales américaines et européennes et un libre-échange mortifère au profit essentiel des Etats-Unis d’Amérique remettant en cause les normes de santé publique, sociales et écologiques.parlement europeen
Le Front de gauche appelle les citoyen-es à se mobiliser pour empêcher qu’un tel traité voit le jour. Il prendra les initiatives nécessaires pour que les convergences les plus larges possibles puissent exister pour s’opposer à ce traité.

POUR UNE PROTECTION SOCIALE UNIVERSELLE ET SOLIDAIRE

Appel du Front de gauche santé

affiche_60x90_lalternative-sante
« Jamais, nous ne tolérerons que soit renié un seul des avantages de la Sécurité Sociale. Nous défendrons à en mourir, et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès. »
C’est par ces mots forts, exprimés à l’Assemblée Nationale en octobre 1950, qu’ Ambroise Croizat, Ministre communiste du Travail et de la Sécurité Sociale, exprimait sans ambiguïté son attachement à la grande avancée sociale issue du programme du Conseil national de la Résistance.

Après avoir menée une résistance tout azimut à la mise en place de la Sécurité Sociale, lors des ordonnances de 1945, le patronat et ses représentants politiques n’ont eu de cesse de s’attaquer à ses fondements et de vider de l’intérieur toute la substance de ce formidable outil de la solidarité nationale.

Depuis notamment 1958, puis les ordonnances de 1967, toutes les décisions politiques ont attaqué le principe d’unicité, la gestion démocratique, pour mieux remettre en cause le niveau de couverture sociale, accroissant année après année la charge financière pour la population. L’objectif constant a été de dégager les entreprises, donc du patronat du financement socialisé et solidaire de la Protection sociale et de la Sécurité Sociale en particulier.

C’est tout le sens de la mise en place de la CSG, de la fiscalisation par diverses taxes, ou les projets de TVA sociale : remettre en cause la solidarité universelle fondement du droit aux soins pour tous. Toutes les propositions en cours sont de faux-prétextes pour justifier en réalité toujours plus de cadeaux aux entreprises et à leurs actionnaires.

Lors de la Conférence sociale de juillet 2012, le Président de la République a appelé l’ensemble des participants à réfléchir à de nouveaux modes de financement de la protection sociale, en précisant : »…Nous avons la volonté de pérenniser nos régimes sociaux, mais reconnaissons aussi qu’ils ont été imaginés dans un tout autre contexte que celui d’aujourd’hui, sur la base de besoins bien différents, en matière de santé, de retraite ou même de politique familiale…Les liens entre les principes d’assurance collective, fondés sur les cotisations devront donc être réaménagés, notamment du point de vue de l’équité mais également du coût du travail et de la justice fiscale. »

Dans un contexte international et européen qui nous offre quotidiennement la nature et la mesure des attaques contre les systèmes de protection sociale (FMI, banque centrale et commission européennes), ces déclarations inquiétantes sont relayées par le Medef et la bande du CAC 40 qui en demandent toujours plus pour la baisse des « charges » des entreprises

SS MEDICAMENT

Imposons le débat : il y urgence !

Ce qui a été possible au lendemain de la terrible deuxième guerre mondiale, dans un pays ravagé, les richesses détruites et une population souffrante, est possible aujourd’hui !

Le niveau des richesses nationales et la nature des besoins à satisfaire sont sans commune mesure.

L’argent existe pour réorienter les moyens nécessaires à la refondation d’un système de protection sociale universelle et solidaire :
• 30 milliards d’exonérations des cotisations patronales, pesant de presque autant sur la dette de l’Etat
• 1 milliard de non déclaration des maladies et accidents liés au travail
• 80 milliards de coûts liés aux maladies professionnelles
• 172 milliards de niches fiscales et sociales
• 20 milliards de fraudes patronales….

L’ALTERNATIVE A L’AUSTERITÉ : C’EST POSSIBLE !

Il faut dire la vérité : ce qui pèse aujourd’hui sur la vie quotidienne de la population, c’est LE COUT du capital !
En 2011 les dividendes et intérêts des entreprises totalisaient 309 milliards d’euros alors que les cotisations sociales ne représentaient que 145 milliards d’euros !
Seul le travail est producteur de richesses :
• – un point de plus sur la masse salariale, c’est 2 milliards de recettes en plus pour la Sécurité sociale
• -100 000 chômeurs en moins, c’est 2,5 milliards !

OUI ! Le principe fondamental qui sous-tend la construction de notre système de Sécurité Sociale : « A chacun selon ses besoins, et y contribue selon ses moyens », demeure profondément novateur et actuel, face à l’ensemble des prédateurs qui n’ont qu’un objectif : démanteler la Sécurité sociale.

Ce qui se joue en France depuis de nombreuses années, est une véritable course contre la montre pour installer dans tous les domaines où intervient la Sécurité Sociale, un système assurantiel individualisé !

C’est une organisation méthodique de la baisse des recettes de toutes les caisses, avec ses corollaires : la remise en cause du niveau des prestations et l’augmentation des restes à charge.

La crise systémique actuelle et les déséquilibres financiers des comptes de la sécurité sociale, la menace de la « règle d’or » en matière budgétaire, servent d’argument à la baisse de la prise en charge, au nom de la « compétitivité et du coût du travail » !

L’immense majorité de la population vit dans l’aggravation de ses conditions d’existence, voit remettre en cause son droit à la santé ; les inégalités explosent et près de 29% de personnes renoncent à se soigner. Les causes sont aggravantes :
– les effets dramatiques de la loi HPST qui déstructure l’offre publique hospitalière, détricote le tissu sanitaire et médico-social de proximité,
– l’augmentation des forfaits et autres restes à charge, les franchises médicales, les déremboursements toujours plus nombreux, les dépassements des honoraires médicaux,
– la contre-réforme des retraites
– la dégradation des conditions de travail
– la casse des emplois dans l’industrie comme dans toute la Fonction publique
-l’augmentation du chômage, de la précarité et des prix ainsi a contrario la non augmentation des salaires.

carte%20vitale

NOTRE AMBITION : le nécessaire et le possible pour une autre efficacité !

• des dépenses remboursées à 100% par la Sécurité Sociale
• la retraite pleine et entière à 60 ans
• l’accès à l’hôpital public partout et pour tous sur tout le territoire
• l’accès à un service public de santé de proximité
• une politique familiale assise sur la cotisation, active et préservant le droit au travail des femmes
• une prise en charge à 100% de la perte d’autonomie toute au long de la vie
• l’indexation des pensions de retraites
• une gestion démocratique de la sécurité sociale
• Préservons l’UNICITÉ de la Sécurité Sociale, à travers notamment le financement !

LA COTISATION, qui structure les principes mêmes du système est bien au cœur de la bataille pour l’appropriation et la répartition des richesses produites.

Seule la mobilisation populaire peut imposer une autre orientation de l’argent disponible pour les besoins humains, notamment par une réforme efficace de l’assiette des cotisations patronales.

Avec le Front de Gauche nous  nous engageons à tout faire, ensemble pour créer les conditions d’une véritable alternative.

LA SÉCU EST A NOUS ! ON NE LA LACHE PAS !fdg933-1_header1.jpg

Assises « Pour changer de cap en France et en Europe »

logo-assisesDimanche 16 juin, 128 rue de Paris, 93100 Montreuil

Programme

9h30 : Accueil

10h à 12h30 : Tables rondes

1/ Quelles ruptures démocratiques, quelle République ? Jean Pierre Dubois (militant droits de l’homme), Raquel Garrido (PG/FdG), Lucien Jallamion (République et socialisme/FdG), Yvan Lemaitre (NPA), Myriam Martin (GA/FdG), Laurent Mirmont (Gauche Avenir), Edwy Plenel (journaliste)…

2/ Comment s’émanciper des marchés financiers ? Frédéric Bocarra (PCF/FdG), Guillaume Etievent (PG/FdG), Denis Durand (syndicaliste CGT), Jérôme Gleize (EELV), Thomas Coutrot (ATTAC), Convergence des services publics..

3/ Retraites : vivre plus longtemps, faut-il travailler plus longtemps ? Jean Claude Chailley (Résistance Sociale), Karima Delli (EELV), Sandra Demarcq (NPA), Jean Luc Gibelin PCF/FdG), Denis Renard (Syndicaliste CGT), Christiane Marty ( Copernic), Stéphane Tassel (FSU), Denis Turbet Delof (Solidaires)…

4/ Quels nouveaux droits pour une véritable égalité ? Eliane Assassi (PCF/FdG), Marine Bouvet (GU/FdG), Florent Guegen (Responsable Associatif), Alain Korenblitt (Amnisty International France), Elise Lowy (EELV), Patricia Téjas (syndicaliste CGT), Samuel Thomas (La maison des potes),

5/ Emploi, travail, chomâge, précarité : quelle ambition de changement ? Michel Huson (Copernic), Pascal Joly (syndicaliste CGT), Catherine Lebrun (Solidaires), Pierre Edouard Magnan (MNCP), Jean Claude Mamet (Convergence et Alternative/ FdG), délégation des salariés d’entreprises et de secteurs en lutte sur les questions d’emploi Virgin, Sanofi, Arcelor, Thalès, Fralib, Air France…

6/ Transition écologique- industrie : même combat ? Mathieu Agostini (PG/FdG), Didier Aubé (Solidaires), Jean-Claude Coqueret (les Alternatifs/FdG), Caroline Gaudard (CCFD), Alain Obadia (PCF/FdG), Jean Philippe Milésy (Rencontres sociales), Lucile Schmid (Gauche Avenir)…

7/ Réchauffement climatique : du local au global quelle alternative ? Maxime Combes (ATTAC), Damien Joliton (GA/ FdG), Roland Mérieux (Les alternatifs/ FdG), un représentant collectif notre dame des landes …

8/ Marché transatlantique ? Eric Coquerel (PG/FdG), Anna Ferreira (Gauche Avenir),

Yannick Jadot (EELV), Claude Michel (GU/ FdG), Jacques Nikonoff (M’Pep), Aurélie Trouvé (ATTAC), Marie Christine Vergiat (FdG)…

12h30 à 13h30 :

« Repas »

13h30 à 15h : Séance plénière

8/ Quelle politique alternative à l’austérité pour la France et l’Europe ? Christophe Delecourt (Syndicaliste CGT), Pierre Khalfa (Copernic), Christian Picquet (GU/FdG), Stéphanie Treillet (Convergence et Alternative/FdG), Christine Poupin (NPA), un-e syndicaliste…

Modérateur Denis Sieffert

15h à 16h30: Séance plénière

9/Comment on change de cap ? Pierre Laurent ( PCF/FdG), Jean Luc Mélenchon (PG/FdG), Clémentine Autain ( FASE/FdG), Pascal Durand ( EELV) , Marie Noëlle Lienemann (Gauche Avenir), Geneviève Azam (ATTAC), Annick Coupé (Solidaire)

Modérateur Patrick Apel-Muller

Halle Dufriche 128 rue de Paris Montreuil Bus : 102, 115, 122, 127, 318 Route : Porte de Montreuil Métro : Ligne 9 Robespierre

Les assises sont ouvertes à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’y joindre. Pour participer : www.assises16juin.fr

Les plénières seront retransmises en direct sur : assises16juin.fr

POUR LA SANTÉ ET LA PROTECTION SOCIALE !

  • Pour l’abrogation de la loi Bachelot
  • Pour des salariés plus nombreux, mieux formés et mieux payés 
  • Pour la création de milliers d’emplois 
  • Pour un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale qui garantisse le droit à la santé pour tous 
  • Pour un grand service public de santé et d’action sociale..appel du 15 juin santé et protection sociale_01

Rendez-vous à 13h00 place de la Bastille

puis manifestation en direction de la place de la Nation

Femmes debout contre l’austérité: nous refusons de trinquer!

marche_9_juin_2013

Faisons entendre nos voix, portons nos exigences, marchons ensemble contre la politique d’austérité, refusons de trinquer!

fdg119 juin

%d blogueurs aiment cette page :