Solidarité avec Kobané !

Depuis plus d’un mois les forces kurdes de Kobané résistent héroïquement à l’offensive menée par l’Organisation de l’Etat Islamique. La chute de cette ville entraînerait des massacres comme cela a déjà été malheureusement le cas ailleurs en Irak notamment contre les populations refusant de faire allégeance à l’Etat Islamique qu’elles soient kurdes, qu’elles appartiennent à des minorités religieuses (yazidis, chrétiens) ou que sunnites elles refusent tout simplement d’accepter ce sinistre projet ultra réactionnaire.

La résistance de Kobane doit être comprise comme un élément déterminant du combat démocratique dans la région. Sa chute constituerait un coup terrible pour le peuple kurde et renforcerait le président turc Erdogan dont le régime s’enfonce chaque jour dans l’autoritarisme et a été d’une complaisance coupable avec l’Organisation de l’Etat Islamique. La jonction avec les forces démocratiques de la révolution syrienne, qui combattent contre le régime dictatorial de Bachar El assad et contre l’Organisation de l’Etat Islamique, dont des détachements combattent auprès des kurdes à Kobane, est ainsi importante.

Il est urgent d’intensifier la solidarité internationale avec toutes les forces démocratiques qui se battent en Irak et en Syrie pour mettre en échec l’Organisation de l’État Islamique.

Pour le Front de Gauche, tout soutien militaire et financier direct ou indirect à l’OEI, y compris l’acheminement clandestin et l’achat de pétrole, doit être supprimé et sanctionné et le PKK et sa branche syrienne l’YPG qui combat aujourd’hui à Kobané doivent être retirés de la liste des organisations terroristes.

La résistance de Kobané et les mobilisations de solidarité ont forcé les gouvernements à apporter un concours tardif et insuffisant.

Alors que le président turc Erdogan doit rencontrer François Hollande vendredi 31 octobre, il est essentiel de tout faire pour élargir la solidarité avec Kobané.

Dans cette situation, le Front de Gauche :
– exprime sa totale solidarité avec Kobané, avec les forces démocratiques de Syrie
– demande que la France prenne des initiatives dans le cadre de l’ONU pour la recherche d’une solution politique durable pour la région.
– se joint à la journée internationale de solidarité avec Kobané du 1er novembre, notamment à a manifestation à Paris qui partira de la Bastille

Samedi 1er novembre Journée Mondiale de soutien à Kobanê.
Des manifestations sont prévus dans plusieurs villes de France. Une manifestation aura lieu à Paris, de Bastille à République, départ à 14 heures.

Publicités

MORT POUR UN PROJET INUTILE

manif tarnCommuniqué du Front de Gauche

La manifestation nationale de soutien au mouvement des opposant-e-s à la destruction de la zone humide du Testet dans le Tarn a eu lieu samedi 25 octobre pour l’essentiel dans le calme. Mais des incidents graves et violents ont eu lieu tard dans la nuit du 25 au 26 octobre entre les gendarmes mobiles et les opposant-e-s au projet du barrage. Suite à ces incidents, un jeune homme de 21 ans, Rémi Fraisse est décédé. Nous présentons toutes nos condoléances à la famille et aux proches de Rémi Fraisse.

Nous savons maintenant de source officielle que sa mort a été causée par une grenade offensive tirée visiblement dans le dos. La mort de ce jeune homme n’est donc pas un accident. La responsabilité en revient d’abord à tous ceux qui s’obstinent depuis des mois à imposer un grand projet inutile remettant en cause la bio-diversité, bafouant la démocratie et la mobilisation citoyenne. Elle est aussi celle d’un gouvernement, et en premier lieu des ministres de l’Intérieur successifs, qui ont choisi la répression brutale, celle-ci s’aggravant même ces dernières semaines. L’utilisation de grenades offensives pour réprimer des mouvements citoyens, que le ministre de l’Intérieur a été obligé maintenant d’interdire, est d’une extrême gravité dans un pays démocratique. Elle interpelle l’ensemble des forces attachées à la liberté de manifestation et plus globalement à l’existence d’un État de droit. Cette situation ne peut rester sans réaction et le Front de Gauche se prononce pour une large réaction démocratique unitaire.

Mercredi 29 octobre 2014

Reconnaissance de l’État Palestinien par la France : Les députés Front de Gauche demandent un vote au Président de l’Assemblée nationale

Le député François ASENSI demande « dans les plus brefs délais » l’organisation d’un vote sur la reconnaissance de la Palestine par l’Assemblée nationale, dans un courrier adressé ce jour au Président Claude Bartolone, cosigné par André Chassaigne, Président du groupe Front de gauche, et Alain Bocquet, secrétaire de la commission des Affaires étrangères. La France ne peut rester en retrait, après la reconnaissance de la Palestine par le Parlement britannique le 13 octobre dernier, par le Royaume de Suède le 3 octobre, et avec le vote à venir du Parlement espagnol. Nous proposons au Président Claude Bartolone d’inscrire à l’ordre du jour la « proposition de résolution n°201 portant sur la reconnaissance par la France de l’État palestinien » déposée le 24 septembre 2012 par les députés Front de gauche. Courrier- Pt AN-Palestine-27 10 14Courrier- Pt AN-Palestine-27 10 14 verso

appel-15nov-maquette

FdG IdF

Non au racisme, à l’islamophobie et à la guerre !

12-of-the-DNA-Differs-Amongst-Human-Races-and-Populations-2Le Front de gauche thématique « antiracismes » appelle à se mobiliser partout contre la poussée d’islamophobie constatée depuis l’assassinat, par un groupe terroriste en Algérie, du guide montagne français Hervé Gourdel, suite au lancement de la nouvelle intervention militaire, activement soutenue par la France, des États-Unis en Irak. Ce terrible évènement a aussitôt été instrumentalisé à des fins racistes. De toute part, les Français-e-s de confession musulmane ont été accusé-e-s de ne pas condamner suffisamment les actes terroristes et sommé-e-s de s’en désolidariser, comme si elles et ils en étaient a priori solidaires. Dans Le Figaro du 26 septembre, Ivan Roufiol, s’est même pris de critiquer le premier ministre Manuel Valls, non pour son soutien à la nouvelle aventure guerrière décidée par François Hollande, mais parce qu’il n’oserait pas dire clairement que ce qui est en cause c’est l’islam lui-même en tant que religion…

Dans un tel climat délétère, nous refusons d’autant plus « l’union sacrée » à laquelle nous exhorte François Hollande afin d’aller, de nouveau, bombarder la population irakienne. Comme toutes les entreprises guerrières des grandes puissances impérialistes dans la région depuis plus d’une décennie, ces bombardements, loin de mettre un terme aux exactions des groupes terroristes ou d’apporter la « paix » et la « démocratie » aux populations visées, ne font que déstabiliser encore plus ces pays, alimenter l’islamophobie et rendre le monde plus dangereux.

Nous appelons à l’unité de toutes celles et de tous ceux qui s’opposent à ces politiques bellicistes, qui font le lit de la xénophobie et du racisme et s’accompagnent de lois liberticides, pour défendre le droit de tou-te-s et de chacun-e de vivre dans l’égalité et le respect de ce qui forge nos identités, nos convictions ou nos croyances.

Front de gauche thématique « antiracismes », 5 octobre 2014.Different-Races-Are-Genetically-Prone-to-Different-Diseases-2

Communiqué du Front de Gauche « Afrique »

ACP-UELe Front de Gauche « Afrique » soutient la campagne contre la ratification des Accords de Partenariat Économique (APE) entre l’Union Européenne et l’Afrique

Nous, militant-e-s du Front de Gauche « Afrique » (Parti de gauche, Ensemble !, PCOF, PCF) dénonçons les Accords de Partenariat Économique en cours de ratification par les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique australe ; ces accords léonins prévoient la suppression des droits de douane sur les trois quarts des exportations de l’Union Européenne tandis que celle-ci continuera à importer d’Afrique la totalité de ses produits qui sont déjà en franchise de droits. Malgré la résistance de la société civile à Cotonou, à Dakar, à Ouagadougou, les Présidents aux ordres vont céder aux pressions de l’Union Européenne et soumettre leurs peuples.

AFRIQUE UECes accords sont nocifs pour les peuples d’Afrique car ils vont priver les pays africains de recettes douanières considérables nécessaires à des budgets déjà bien insuffisants pour répondre aux besoins de santé et d’éducation. Ils sont nocifs car il ne peut y avoir de décollage économique des secteurs productifs qui ne disposent pas de véritables avantages compétitifs (notamment l’agriculture et les industries légères de transformation des productions locales) sans des politiques publiques de soutien et de protection contre la concurrence en provenance du reste du monde.

Europe AfriqueCes accords sont porteurs de misère et de famine car ils permettront à l’Europe de déverser certains de ses produits agricoles subventionnés sur les marchés africains et aggraveront la crise de l’agriculture paysanne poussant ainsi les jeunes à émigrer vers les villes ou à l’étranger. De plus, le renoncement à des politiques portant l’accent sur l’autosuffisance alimentaire met potentiellement en péril la sécurité alimentaire des peuples à la moindre flambée des prix. Ces accords vont induire des distorsions au profit de l’Europe dans les flux d’investissement vers l’Afrique dans une période pendant laquelle les investissements internationaux ne manqueront pas. Enfin, ces accords mettent en danger le processus d’intégration régionale des pays africains, seule façon pour eux de développer un marché de taille suffisante et ils inciteront d’autres sous-ensembles économiques à demander des avantages semblables à ceux que l’Union Européenne s’octroie.

Ces accords sont tout aussi nocifs pour les peuples européens, pour le devenir de leurs paysans et pour l’environnement au nord comme au sud ; ils rejoignent d’autres accords de libre-échange comme le TAFTA qui, négociés dans le dos des peuples, ne profiteront qu’à quelques multinationales prédatrices.

DRAPEAUX D'AFIQUELe Front de Gauche « Afrique » vous invite à soutenir la campagne contre les APE et encourage les ONG africaines à poursuivre leurs luttes pour éviter la ratification des APE devant les parlements de leurs pays.

Le Front de gauche Afrique appuiera toute démarche visant à bloquer la signature de ces accords au Parlement européen et à promouvoir des Accords de Coopération et de Solidarité (ACS) qui ne soient pas basés, comme le sont les APE sur un « libre-échange » qui menace l’émancipation humaine.

%d blogueurs aiment cette page :