Élection régionale Île-de-France : Appel de syndicalistes

Nous, syndicalistes du privé comme du public, avons été meurtris par les attentats qui ont ensanglanté notre capitale le vendredi 13 novembre. Comme nombre de Franciliens, beaucoup d’entre nous ont eu des proches, des connaissances, des camarades touchés. La meilleure réponse est de continuer à faire vivre la démocratie et donc les élections, les luttes sociales, le débat public. C’est l’objectif de cet appel.

Syndicalistes du privé comme du public nous pensons qu’il faut tout faire pour empêcher la droite et l’extrême droite de conquérir la région. Ces courants politiques remettraient en cause nombre de dispositions sociales, à l’instar de ce que l’on constate dans les municipalités qu’elles gèrent depuis mars 2014.

Comme les organisations politiques qui forment le Front de Gauche sont très souvent à nos côtés dans les luttes franciliennes, relayant dans la sphère politique les revendications des salariés et les attentes populaires, nous voulons contribuer à l’élection de majorités régionales porteuses de choix à gauche.

La réduction des dotations budgétaires de l’Etat (11 milliards d’euros sur 3 ans) aux collectivités locales vont indéniablement peser en négatif en Île-de-France sur les emplois publics, les activités utiles aux populations et les investissements.

A contrario, nous souhaitons des politiques de fort investissement. Des politiques plaçant l’humain avant la finance.

En cette période où l’action syndicale, les mobilisations sociales sont vilipendées voire criminalisées, nous avons pu constater qu’en tant que force politique, le Front de Gauche, quasi-seul, s’est démarqué de l’indignation sélective qui s’est emparée de la quasi-totalité des médias et de la classe politique lors des événements à Air France.

A l’unisson du MEDEF, de la droite, du Premier ministre et de Macron, le Front National n’a pas manqué de critiquer violemment les syndicats.

Le gouvernement HOLLANDE/VALLS qui a refusé de faire adopter les propositions de lois présentées par les élus du Front de Gauche visant à interdire les licenciements boursiers et à amnistier les syndicalistes injustement poursuivis et condamnés pour des faits liés à des conflits sociaux, a clairement choisi le camp du grand patronat et de la finance : c’est un choix de classe !

Au moment où de nouvelles offensives se font jour, tant du côté du MEDEF que du gouvernement, contre le code du travail dans le sillage de la loi MACRON qui a, entre autres, engagé la généralisation du travail du dimanche et de nuit, de l’accord AGIRC-ARRCO, le monde du travail, les mouvements sociaux ont besoin d’avoir à leurs côtés, comme points d’appuis, des élu-e-s locaux qui s’opposent concrètement aux politiques d’austérité.

C’est pourquoi nous nous reconnaissons, à titre individuel, dans les propositions présentées par le Front de Gauche, qui portent des solutions aux fins de résoudre la crise du logement et la dégradation des transports, à lutter activement contre le chômage et la précarité, à lutter contre toutes les formes de discriminations et pour l’égalité, à agir pour l’emploi, la formation, la relance de la politique industrielle, la solidarité, la santé. L’éducation et la culture sont aussi au cœur des priorités des candidat-e-s du Front de Gauche.

Nous considérons que les luttes sociales aussi indispensables et essentielles soient-elles, ne trouvent leur pleine efficacité que lorsqu’elles peuvent converger avec des propositions politiques, et être relayées et amplifiées par l’action politique au sens plein et noble du terme !

Aussi, nous appelons les salariés, les privés d’emplois, les précaires, les retraités, les jeunes à se mobiliser pour voter et faire voter massivement pour la liste « Nos vies d’abord » présentée par les forces du Front de Gauche – le PCF, le PG, Ensemble et République et Socialisme – à l’élection régionale des 6 et 13 décembre 2015 en Île-de-France.

Premiers signataires : Julie Morel, Bernard Devert, Yaël Lellouche, Graziella Raso, Baptiste Talbot, Marianne Journiac, Karl Ghazi, Michèle Kauffer, Didier Le Reste, Marie-Claire Cailletaud, Christophe Delecourt, Michel Jallamion, Laurent Barbier, Jean-Claude Mamet, Anne Le Loarer, Jean-Marc Canon, Philippe Juraver, Françoise Pinson, Jean-François Bolzinger, Françoise Poli, Jean-Luc Bindel, Philippe Guttermann, Sylvie Bayle, Jean-François Téaldi, Bertrand Hammache, Valérie Froberger, Guy Tresallet, Vincent Krier, Fabienne Dos Santos, Françoise Baran, Michel Angot, Sandra Talbot, Gérard Billon-Galland, Jean-Marc Devauchelle, Gilles Coupet, Luc Schaffauser, Jean-Claude Chailley, Robert Bussière, Yann Pirolli, Catherine Fayet, Thomas Joussant, Fabienne Belin, Pascal Videcoq, Michel Gallin, Patrick Brody.

Pour signer l’appel rendez-vous sur http://www.nosviesdabord.fr/appel-syndicalistes

 

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :