Assemblée citoyenne Noisy le Grand – Gournay

Publicités

Logement Social Crise à tous les étages

Pouvoir payer un logement aujourd’hui devient un casse tête pour les familles et les jeunes.

Même les HLM, soi-disant à loyers modérés, appliquent des loyers de plus en plus chers. L’INSEE déclare qu’en dix ans, le prix des logements a augmenté de 25,7% tandis que les revenus ont baissé de 2 %. Selon la Fondation de l’Abbé Pierre, 2 millions de foyers seraient en situation d’impayés.

Pour Neuilly-Plaisance, ce sont des dizaines de familles qui vivent cette peur et craignent l’expulsion à la fin de la trêve de l’hiver. Pour la très grande majorité des gens, le logement est devenu le premier poste de dépense incompressible. Aujourd’hui, la dépense loyer ampute au minimum 25% des revenus des ménages alors que dans les années 1980, elle recouvrait 15% des budgets. Cette part va sans cesse augmenter.

Avoir un logement aujourd’hui est devenu une denrée rare

Toujours selon la Fondation de l’Abbé Pierre, 4 millions de personnes seraient actuellement mal logées dont 700 000 enfants, 1,2 million sont en listes d’attente (plusieurs années). Le gouvernement Sarkozy ne cesse de diminuer la participation financière de l’Etat.

Pour un logement social, l’Etat ne prendra en charge que 600 euros en 2012, contre 7.000 euros en 2000. A ce manque à gagner s’ajoute, depuis 2011, une ponction de 240 millions d’euros sur les loyers des HLM , afin de renflouer l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) et l’Agence Nationale d’Amélioration de Habitat (ANAH), qui intervient sur du parc privé. Les aides à la construction seront réduites de 13,2% en 2012.

Exiger l’application de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) à Neuilly-Plaisance

A Neuilly-Plaisance, le taux de logements sociaux plafonne à 15% environ. A ce rythme, la ville n’atteindra pas les 20% imposés par la loi SRU avant 10 ans !

Il faut se rappeler que M. Demuynck, sénateur-maire UMP, a toujours combattu cette loi n’hésitant pas à stigmatiser le logement social en inondant la ville d’une lettre apocalyptique annonçant qu’avec cette loi il faudrait détruire des pavillons pour y construire des HLM !

 Il est toujours sur la même logique :

freinant de toutes ses forces la construction des logements sociaux, en utilisant au maximum les artifices que lui permet la loi.

Ainsi, la construction des résidences d’étudiants sur les bords de Marne lui permet d’améliorer notre pourcentage et de dire qu’il construit des logements sociaux. Il est vrai qu’il faut répondre aux besoins des étudiants en matière de logements mais il faut répondre aussi aux besoins des jeunes chômeurs, des jeunes salariés nocéens.

Ne pas y répondre, c’est exclure la jeunesse nocéenne du droit de rester dans leur ville.

– laissant le privé spéculatif construire sur les moindres parcelles libres de la ville des logements onéreux, inaccessibles pour nombre de familles nocéennes. M.Demuynck ne pratique pas la préemption des terrains pour les mettre à la disposition des bailleurs sociaux et en faire ainsi des logements accessibles à tous. Il faut, pour cela, en avoir la volonté politique.

Nombre de propriétaires d’appartements ou de pavillons nocéens savent bien qu’aujourd’hui, ils ne pourraient plus acheter à Neuilly-Plaisance.

Il n’y a pas de fatalité à cette situation !
Il faut sortir le logement des lois du marché et de la spéculation !

Le Front de Gauche propose :

  • Interdiction des expulsions locatives des personnes et des familles en difficultés économiques et sociales

  • Réquisition des logements vacants

  • Construction de 200.000 logements sociaux par an pendant 5 ans ;

  • Revalorisation de l’APL en supprimant le mois de carence de son attribution ;

  • La proportion des charges et loyer dans le budget des familles ne devra pas dépasser 20% des revenus ;

  • Création d’un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville ;

  • Application résolue de la loi SRU en remontant le seuil de logements sociaux par commune, à 30% en zone de tension et à 25% sur le reste du territoire avec la mise en place de pénalités dissuasives ;

  • Relèvement du plafond du livret A à 20.000 euros , ce livret servant au financement des crédits alloués au logement social;

  • Majoration de 0.55% de la contribution de l’employeur à l’effort de construction, pour mettre en place un véritable 1% ;

  • Le financement de ces mesures sera assuré par une contribution de 10% sur les revenus financiers ;

  • L’application des normes environnementalesréduisant les factures énergétiques et pour l’émergence d’une filière de l’éco-construction.

Pour toutes ces raisons 2012 ne doit pas se faire sans nous !

Il n’y aura pas de changement en 2012 sans l’implication individuelle de chacune et chacun. Nous avons en mains les choix à imposer : soit subir avec la droite et l’extrême droite en France et en Europe les diktats financiers ; soit imposer les solutions inversant cette logique financière qui broie les personnes, l’emploi, les Etats, les économies.

Cela passe par notre action tout de suite dans tous les domaines contre les injustices sociales, les attaques contre l’emploi, la protection sociale, les services publics, l’école… Ces propositions sont à discuter, à améliorer ensemble afin de les porter vers les instances concernées.

Cela passe par notre citoyenneté. Profitons de cette période électorale pour faire entendre notre voix. Nous n’avons pas le choix. Si nous voulons que ça change vraiment, si nous voulons qu’une vraie politique de gauche voie enfin le jour dans notre pays.

 Vérifions notre inscription sur les listes électorales, à la mairie, surtout si vous venez d’avoir 18 ans

et que vous n’avez pas reçu l’avis de votre inscription automatique.

Nous avons jusqu’au 31 décembre pour le faire.

Vous avec la parole !
Participez à l’assemblée Citoyenne

87 avenue du Marechal Foch
93360 Neuilly Plaisance
19 décembre à 20h



%d blogueurs aiment cette page :